Bonsoir visiteur

A l'assaut du petit frère du Crêt Monniot alias le Mont Pelé en raquette
Icône cartographie

randonneur raquetteLa neige, enfin la voilà en cet hiver 2012. Elle est tombée abondamment à partir de 800 mètres d'altitude sur le massif du Jura. En ce samedi, le soleil était annoncé radieux et notre taux de vitamine D baissant, nous arrangeons une petite sortie raquette sur le matin.

A Besançon, il fait alors – 4 degrés. La route est plutôt bonne en direction de Pontarlier. L'idée est d'aller faire un petit sommet de 1045 mètres sur le massif du crêt monniot. Ce crêt assez superbe est une sortie connue des Bisontins (habitants de Besançon).

Le mont Pelé se situe tout au bout du massif et lors de notre randonnée sur la roche de Mouthier-Haute-Pierre nous nous étions dit qu'il fallait y aller pour observer la vue. C'est alors que nous dépassons la sortie d'Arc-Sous-Cicon et continuons quelques peu avant de prendre la sortie du village de Bugny et stationnons à côté de l'église. Petit regard sur le thermomètre de la voiture. -15°c ! Ha, quand même...Rigolant

 

I] Matériel emporté pour la sortie

On aurait pu rajouter une cagoule mais par chance le vent n'a pas été trop présent.

 II] Destination mont Pelé

A Bugny, la route est glacée et nous faisons doucement avec la voiture. Dans le massif du Jura il vaut mieux avoir les pneus neige et les chaînes ! En hiver, on met toujours plus de temps pour tout : l'habillement et la préparation allongent les délais d'une randonnée. Il faut donc se méfier des temps annoncés pour une randonnée d'été. Un petit regard sur la carte TOP25 de l'IGN et nous partons sur la petite route gelée où les glissades sont garanties mais amorties grâces aux bâtons de marches. Bientôt, un petit panneau annonce la direction à prendre en plein champs (grimpette). Le GPS n'ayant pas ce chemin, nous y allons au jugé avant d'entrevoir des traces jaune et bleu. Nous rentrons dans la forêt et partons sur la gauche pour redescendre et remonter en longeant une falaise calcaire. La grimpette se précise et c'est avec les talons des raquettes que nous montons dans une très belle poudreuse.

Belle poudreuse entre les buissons

randonneur raquette dans la neige poudreuse

Plus nous montons et plus la neige est belle. Un peu plus loin, le chemin semble être devenu un cul de sac mais c'est en fait la neige accumulé sur les arbustes épineux qui bloquent le chemin. Deux trois coups de bâtons de marche auront tôt fait de déboucher le sentier afin d'y passer. Nous voilà alors dans un champ où l'étendue de la neige fait pétiller nos yeux. La neige ayant transformé avec les – 15 degrés de ce matin, des milliers de cristaux étincellent de partout. La flèche du parcours indique de traverser le champ ce que nous faisons non sans observer le beau panorama sur les monts d'en face. Nous voilà de nouveau dans un champ où la montée finale se précise. Les 40 cm de poudreuse rendent quelque peu difficile l'ascension mais en quelques minutes nous voilà au sommet de ce mont pelé. La borne de l'IGN et le panneau nous le précise. Les 1045 mètres nous permettent d'embrasser tout le paysage avoisinant. Le mont porte bien son nom, il n'y a aucun arbre sur la partie sommitale. Il fait un peu frais et après quelques photographies, nous redescendons assez rudement pour arriver dans un champ où nous longeons la lisière.

Du sommet du mont Pelé

vue depuis le sommet du mont pelé haut doubs

Flo contemple la vue

Randonneur sur le sommet du mont pelé (haut doubs)

En me retournant, j'observe un chevreuil faisant des bonds au loin. La chasse est en cours et les animaux sauvages sont sur le qui vive...question de vie ou de mort. Plus loin, nous voyons un simili de peinture et traversons un chemin. Sans nous en rendre compte, nous venons de le louper mais le panorama sur Mouthier Haute Pierre nous fait oublier ce petit désagrément. Nous improvisons alors un autre chemin et après une petite escalade à cause d'arbres couchés, nous retrouvons nos traces juste avant l'ascension finale. La descente s'effectue alors par un chemin recouvert de neige. Finalement, nous apprécions cette variante qui ne passe pas par la forêt (il manquait de neige sous les épicéas) et la vue est bien plus dégagée. Après cette belle descente, nous coupons à travers champs et retrouvons la petite route glacée qui nous ramènera sans difficulté à notre point de départ.

 Vue sur la roche de mouthier haute pierre

III Conclusion

Une courte mais très jolie balade. Le coin est beaucoup plus calme et sauvage que le crêt monniot. Cela s'explique par l'absence de pistes de ski de fond et à la location de matériels de sports d'hiver à contrario d'Arc-Sous-Cicon. Le balisage est présent mais l'orientation n'est pas toujours aisée mais finalement on retrouve ses pas sans trop de difficultés. Les points de vues sont variés (haute chaîne, roche de Mouthier-Haute-Pierre ou encore gorges de la nouailles (rivière Loue). Un petit régal sans difficulté particulière (sauf en cas de brouillard car traversée de champs) qu'il serait dommage de ne pas effectuer.

 



Posté le 02/12/2012 à 15h16 par Loic
M.à.j le 28/07/2013 à 12h38

Commenter l'article !

Remonter ! ~ Me contacter ? ~ Réseaux sociaux ~ Twitter ~ FB ~ G+ ~ 507915 visites uniques ~ Licence CC-BY-NC-ND
~ Partenaires ~ monrechaud ~ cyclo-randonnee ~ Sites de Loïc ~ toit-plat-bisontin ~ Pro ~ sigogne.org ~ Mon CV ~ sitdi-france.fr