Bonjour visiteur

Randonnée raquette vers le crêt de Chalam depuis Chezery-Forens
Icône cartographie

Cela faisait bien longtemps que Flo et moi n'étions pas revenu sur la haute chaîne de l'Ain (massif du Jura) et plus précisément à notre repère de randonneurs préféré alias le Relais des Moines. Notre déménagement à Besançon n'y est pas pour rien car la distance (150 km) est assez rédhibitoire. Pourtant quel bonheur d'y retourner de temps en temps.

Il faut dire que ce gîte d'étape cumule les bons points mais chut..., ne le dites pas à trop de monde car il n'y aurait plus de place ! En cette période hivernale l'idée est bien-sûr de partir randonner en raquettes dans les sommets environnants. Pour partager ces moments, nous donnons rendez-vous aux deux « Ju » alias Julie et Julien !

Ils nous avaient déjà accompagnés sur la haute chaîne pour un week-end inoubliable et un levée de soleil sur le Lac Léman à couper le souffle. De leur côté, ils nous avaient fait découvrir le Parmelan et le massif de la Mandallaz dans le département de la Haute-Savoie. La neige est tombée en abondance sur le massif du Jura en cette période de février 2013.

Si vous cherchez une balade en boucle sur ce sommet, nous vous proposons de venir lire le récit de l'ascension du crêt de chalam en automne (passage par la borne au lion).

Départ des randonneurs chevronnés !

Démarrage de la randonnée raquette

Vue sur les sommets avoisinants

Vue sur les sommets enneigés

La météo annoncée semble moyenne mais nous échafaudons tout de même un plan pour samedi et dimanche car dans ce secteur la météo est assez changeante. Ainsi, l'idée pour samedi est de tenter l'ascension du Crêt de Chalam depuis Chezery-Forens soit un peu plus de 1000 mètres de dénivelé. Une belle sortie sportive que nous connaissons déjà pour l'avoir faite en automne. Le dimanche, quant à lui devrait être plus calme avec une courte sortie sur le Crêt d'Eau depuis la station de ski de Menthières avec tout de même 500 mètres de dénivelé à la clé ! Un bon week-end commence toujours par un bon accueil et c'est une chose assurée au Relais des Moines. Le vendredi soir, c'est dans la salle collective que nous préparons notre repas et fêtons comme il se doit nos retrouvailles. La nuit est bonne, le réveil est donné vers 7 heures pour un départ une bonne heure plus tard. Il fait – 9 ° C dehors et le ciel laisse rêveur. Un ciel bleu inespéré illumine cette vallée étriquée de la Valserine.

 La vue se dégage à l'approche du sommet

Vue sur la haute chaîne du jura en hiver

I] Une ascension longue et rude...

 Le départ s'effectue du centre de Chézery-Forens en direction du hameau « Forens ». Pour ce faire, il suffit de prendre un peu la route sur la D 14. Au hameau, un panneau invite le randonneur averti à se diriger vers le crêt de Chalam en trois heures. Un chemin large s'enfonce alors dans la forêt. En contrebas, le cours d'eau de Forens débite les excédents des sommets avoisinants. La première centaine de mètres est déneigée mais bientôt, les choses sérieuses arrivent. Et c'est peu dire. En effet, la poudreuse est épaisse et même avec notre légèreté bien connu (surtout après le Mont D'or patates de la veille...), nous nous enfonçons allègrement de 30 à 50 centimètres. La rudesse de ce parcours ne fait que commencer et nous savons déjà que nous devrons donner le meilleur de nous même pour réussir l'ascension de ce fameux crêt de Chalam !

La montée est rude, surtout pour le premier

Montée rude en raquette sur le massif du jura

La cascade des étrés, en montant le crêt de chalamPar chance, nous sommes quatre ce qui nous permet d'alterner la position la plus rude. Cette place, se trouve bien-sûr en tête. Le premier randonneur qui crée la trace doit générer un effort important pour se frayer un chemin. La première place c'est donc le bonheur de fouler cette magnifique poudreuse mais c'est aussi un effort physique énorme. Julien lance la marche et petit à petit un rythme se met en place un peu comme un peloton de cycliste qui se relaye pour économiser les forces du groupe. Si nous devons y arriver c'est uniquement si nous travaillons en équipe. Ainsi, le premier crée la trace jusqu'à ce qu'il n'en puisse plus physiquement. Le second prend alors le relais et le premier va à la quatrième place. On est heureux de se retrouver quatrième après tant d'efforts. Cela permet de se focaliser sur les paysages somptueux du secteur.

Le cours d'eau dans ces gorges, les cascades de tuffes à notre gauche et cette neige, cette énorme quantité de neige sont autant de choses à contempler. Nous passons bientôt devant la cascade des Étrés mais après discussion, nous nous focalisons sur le Crêt de Chalam et la laissons pour le moment.. Le chemin suit son cours, nous traversons le cours d'eau par un petit pont et arrivons (après une belle grimpette) au chalet du Petit Manet. Dorénavant, le premier s'enfonce encore un petit peu plus et les pas se font lourd. Une petite pause s'impose surtout que nous venons de rejoindre le soleil. A partir de là, le chemin monte d'une façon raide sur la crête. Nous sommes à 900 mètres, il reste donc quasiment 600 mètres de dénivelé à parcourir jusqu'au sommet. La motivation ne manque pas et c'est doucement que nous engageons cette partie bien rude.

 

II] Un sommet à couper le souffle...et c'est peu dire !

La grimpette sur l'arête du crêt de Chalam est aussi belle qu'interminable. Nous passons devant la ruine du Grand Manet blottie à 970 mètres puis grimpons une ligne droite en direction du Nord-Est. L'équipée souffre physiquement mais heureusement, le soleil et les vues somptueuses en direction de la haute crête (1431m) se multiplient. Puis, nous arrivons bientôt dans une prairie où les quelques sapins recouverts de neige subliment un paysage fantastique sur la haute chaîne de l'Ain. On y voit de Bellegarde-sur-Valserine au col de la faucille et bien plus. En face de nous, les sommets les plus hauts du massif du Jura nous font face.

Encore quelques effort dans ce beau décors

Randonnée raquette dans la poudreuse

Le sommet du crêt de chalam, enfin !

Le sommet du crêt de chalam enneigé

Ascension finale

Ascension du crêt de chalam en hiver

Le reculet (1718m), reconnaissable avec sa croix est à peine plus bas que le crêt de la Neige (1720m). Quelques photos plus tard, nous continuons à brasser dans la neige fraîche en direction du sommet quand soudain, nous le distinguons enfin ! Il est là, sous un cocon de neige et trône fièrement dans le paysage. Le moment est magique et tous les efforts sont d'ores et déjà récompensés. Le dôme final n'est pas des plus facile à grimper. Par période sans neige, un escalier facilite l'ascension mais aujourd'hui deux mètres de neige le recouvre. Ainsi, nous montons en zigzaguant tout en faisant attention à ne pas tomber. Finalement, nous voilà les quatres au sommet du Crêt de Chalam.

Panorama sur la haute chaîne de l'Ain depuis le crêt de chalam en hiver

Panorama sur la haute chaîne de l'Ain depuis le crêt de chalam en hiver

Les 1545 mètres sont vaincus et offrent une vue splendide sur les Monts Jura et les sommets du massif Jurassien comme le Grand Colombier. Chacun se régale de ce moment divin mais trop court. En effet, le froid nous incite à redescendre délicatement par le chemin tracé à la montée. Il nous aura fallu 4 heures à quatre pour réaliser cette ascension épuisante. Il est un peu plus de midi et nous sortons les sandwichs pour nous rassasier. Le soleil est de mise, même si quelques nuages commencent ci et là à assombrir la vue.

 

III] Redescente et conclusion

Randonneur raquette au sommet d'une montagneNous avions alors deux possibilités pour redescendre. Soit en faisant une boucle par la borne au lion soit faire demi-tour en reprenant notre trace. A l'unanimité, il est voté de reprendre notre trace car chacun en avait eu pour son compte ! La descente s'effectue en partie en hors piste (le long de la trace initiale). La gravité s'étant inversée, il est aisé de faire de grands pas dans cette poudreuse exceptionnelle. C'est un vrai régal et nous avons parfois l'impression de faire des bonds de géants un peu comme des astronautes sur la lune ! Nous jouons avec les sapins et créons des chemins pour notre bon plaisir. C'est une autre récompense de tous les efforts du matin.

De plus, le soleil reste assez présent et les paysages sont toujours aussi fascinants. Bientôt nous retrouvons les chalets puis le pont. La descente se calme alors et l'énergie se fait rare mais nous trouvons tout de même la force d'aller voir la cascade des Étrés. Le chemin n'est pas facile à trouver et les zones abruptes ne donnent pas confiance. Il fallait passer par un petit cours d'eau pour arriver face à cette belle cascade sauvage. Une photo de groupe, quelques moments de contemplations et nous voilà repartis pour le gîte, ce bon nid douillet où nous attend une bonne douche et de quoi nous remettre sur pied ! Après le « Métro, Boulot, Dodo », nous inventons le « Rando, Apéro, Dodo » ! La fin est assez rude pour tous le monde mais bientôt, nous déchaussons les raquettes pour finir calmement par la petite route.

 Pour conclure, que dire si ce n'est que ce fût une incroyable journée. Peut-être la plus folle et la plus fantastique concernant nos sorties raquettes. La dureté de cette randonnée dans cette poudreuse abondante n'a d'égale que sa beauté lors d'une journée ensoleillée comme nous avons eu. Le crêt de Chalam depuis Chézery-Forens est une sortie sportive qu'il faudra appréhender avec prudence surtout si vous vous engagez seul ou à deux car faire la trace dans tant de poudreuse est un défi physique important surtout qu'un dénivelé de plus de 1000 mètres vous attend ! Merci aux « deux Ju » pour leur bonne humeur et la participation à l'effort collectif. Ce fût rude mais que de bons souvenirs encore une fois !



Posté le 14/02/2013 à 19h07 par Loic
M.à.j le 14/02/2013 à 22h30

Commenter l'article !

Remonter ! ~ Me contacter ? ~ Réseaux sociaux ~ Twitter ~ FB ~ G+ ~ 541080 visites uniques ~ Licence CC-BY-NC-ND
~ Partenaires ~ monrechaud ~ cyclo-randonnee ~ Sites de Loïc ~ toit-plat-bisontin ~ Pro ~ sigogne.org ~ Mon CV ~ sitdi-france.fr