Bonjour visiteur

Accueil => Catégories des Balades => à pied => AIN (1) => Visualisation
Week end rando à 4 sur la crête du Haut Jura avec une nuit au refuge du Gralet
Icône cartographie

Un week end de septembre annoncé magnifique en milieu de semaine par la météo. Il ne nous en faut pas plus pour programmer une sortie sur deux jours dans le haut Jura. Les deux plus hauts sommets du massif Jurassien devraient être alors re-visités (voir balade) mais cette fois-ci à quatre et en dormant dans un refuge.

Les 4 randonneurs vers le Gralet (haut jura)Nous sommes bien décidé de montrer tout le potentiel de ce secteur à nos deux amis les deux « Ju » pour Julie et Julien.

Ces deux Hauts Savoyards n'en sont pas à leur première grosse randonnée mais nous espérons bien les surprendre notamment dans la grosse montée pour rejoindre la crête Rigolant et les paysages à l'arrivée!

Niveau équipement, nous sortons pour l'occasion l'artillerie lourde euh, nos gros sacs : Le Millet Trek Light 60 +10 litres pour moi (loïc) et le Vaude Cimone 58 +5 litres pour Flo.

Certes, ils sont un peu gros pour une rando de deux jours mais ce sera l'occasion de les tester avant d'éventuelles sorties itinérantes sur une semaine ou plus.

 

Tout le matériel est chargé. Il faut prévoir des vêtements chaud mais aussi plus léger pour la journée. De l'eau aussi car la crête étant calcaire (on parle de zone karstique), il n'y a pas de sources et donc pas de possibilité de trouver de l'eau. Aussi, beaucoup de calories seront nécessaires pour boucler la boucle, nous prenons ce dont nous avons besoin pour le repas du soir et du lendemain. Ajoutons à cela les choses plus ou moins utiles comme un appareil photo, une carte, un GPS, un trépied, un sac de couchage 0 degré confort, tapis de sol ou encore un sac à viande!

Pour choisir le matériel que vous adapterez selon vos besoins et vos sorties, je vous invite à lire la réponse à la question « Avec quel matériel ?».

 

 


 

Début de la marche le samedi 11 Septembre à Chezery-Forens haut lieu de la randonnée vers les monts Jurassiens, du fromage et des sports « Outdoor » en général. Ce n'est pas la première fois que l'on se rend ici en utilisant notamment un gîte comme point de ralliement à savoir le « Relais des moines ».

 

Altitude 580 mètres : Samedi, 14 heures, les premiers pas sont donnés...

Vue sur la combe du crêt de la neige depuis chezery-forens...sous un superbe soleil et un ciel bleu comme tout le monde aime. Il fait chaud mais pas trop, quels chanceux nous faisons! Le début de la balade permet de mettre tout le monde « en jambes ». Du quasi plat dans les pâtures du bas. Pourtant petit à petit nous commençons à sentir la pente se durcir. Plus tard, la forêt fait son apparition. En levant notre tête, nous voyons la crête. Nous le savons, la grosse pente va se montrer et nous faire transpirer. D'après nos calculs un dénivelé de 1000 mètres nous tend les bras! La côte, la vraie, arrive et notre objectif, le refuge du Gralet, nous y attend. Chargés mais motivés, nous nous élançons et les grosses gouttes au front font leurs apparitions . Pour compenser il faut beaucoup boire mais pas tout car nos réserves sont limitées! J'ai personnellement avec moi 2.5 litres d'eau pour cette balade. Est-ce assez ? Nous le verrons bien un peu plus loin...

La montée est rude, nous avançons perpendiculairement aux courbes de niveau. Les pentes atteignent parfois un pourcentage supérieur à 25% (soit une montée de 25 mètres tous les 100 mètres). Heureusement pour moi, j'avais fait l'acquisition de bâtons de marche. Julie aussi avait des bâtons.

Je pensais au départ que des bâtons c'était « has been » et réservés aux « plus anciens ». Pourtant ces idées sont fausses et des bâtons en montée avec un gros sac se révèlent être un atout incomparable pour gagner en puissance et en stabilité avec à la clé une fatigue amoindrie et une rapidité accrue.

La crête du haut Jura

La montée n'en a pas finie avec nous. De plus en plus dure, nous nous accordons quelques petites pauses salvatrices et n'hésitons pas à manger des sucres rapides comme des raisins secs. Finalement après un passage un peu dangereux alias le « Passage des Chezerands » (du fait d'un passage étroit et du vide à notre droite), nous arrivons sur la crête. Un petit regard sur le GPS, 1410 mètres. Le refuge est à 300 mètres sur notre droite. Superbe paysage vers le Jura. Après quelques photos nous nous dirigeons vers le refuge du Gralet. A l'arrivée, six randonneurs sont déjà dans le chalet et le feux dans la cuisinière fait plus de fumée que de flammes.

 

Nous prenons nos marques et allons visiter les chambres. Mais avant, un « petit blagueur » nous raconte que le refuge est plein. Ne le croyant pas une seconde car m'étant renseigné auprès de la commune du Péron, je lui rétorque que nous jouerons un peu des coudes pour trouver une petite place Rigolant Puis en montant dans le haut du refuge où se trouve les 19 lits, nous aurons grandement le choix pour nous installer. Quels blagueurs ces montagnards! Eux sont partis ce matin de Lélex pour dormir ici. Demain, il retourneront à leur point de départ Sourire.

La vue sur la chaîne des Alpes est splendide et nous décidons de monter sur une bute non loin de là, pour y faire quelques photos. Une demi heure plus tard nous arrivons à la fameuse butte. Nous en profitons aussi pour faire du repérage. Demain matin, nous pensons nous lever assez tôt pour y voir le levé du soleil.

 

Mont Blanc depuis le Haut Jura

Nous rentrons au refuge pour se rafraîchir grâce à l'eau d'une citerne mise à notre disposition. Nous n'oublions pas également de donner 5€/personne pour l'association qui s'occupe de ce refuge. Il faut dire qu'il est certes sommaire mais il a tout ce qu'il faut pour passer une bonne soirée et une bonne nuit. Cela va de la cuisinière, de la table pour s'installer, des couverts pour manger, des matelas ou encore des chaussons pour monter dans les chambres (royal)! En soit, des petites choses courantes dans la vie de tous les jours mais tellement appréciable dans des refuges où la simplicité règne en maître.

Vaisselle au refuge du Gralet

Le repas prévu est tout sauf léger (surtout dans le sac à dos) car nous avions prévu un Mont d'or (fromage) avec des patates et du saucisson. Les patates ont eu du mal à cuire à cause de la chaudière peu performante mais finalement nous nous délectons de ce somptueux repas. Somptueux repas à la bougie avec à la fin une tisane avec de l'eau de la citerne (que l'on aura fait bouillir avant). La vaisselle est faite dehors en pleine nuit avec l'eau chaude des patates et un peu d'huile de coude...rigolade assurée.

 

La nuit s'annonce fraîche mais personne n'aura froid. Quelques ronflements, des rigolades et nous nous endormons avec je l'espère pour tous de magnifiques paysages et souvenirs en tête. Six heure sonne. C'est à la frontale que nous rangeons notre barda dans nos sacs puis descendons à la cuisine (attention à l'escalier pentu et aux poutres!) pour manger un morceau avant de partir à la conquête d'un levé de soleil extraordinaire : Le levé du soleil sur le lac Léman.

 

 19.5/20, une note somme toute correcte...

 Comme convenu, nous partons à la conquête d'une vue que nous espérons incroyable. 6H38 le pantalon et la polaire troque sa place au short et au t-shirt. Après quelques gros efforts (et une petite variante inutile dû à notre guide Julien) nous arrivons face à une vue qui coupe le souffle (enfin le peu qu'il me restait). Le sommet d'où nous observons un panel de couleur indescriptible s'appelle « La pierre de Lune »...le tout en est presque poétique! Le lac Léman s'embrase devant une chaine de montagne où le mont-blanc domine en maître.

Les photos crépitent et les yeux savourent ce moment unique. Nous avons bien fait de faire l'effort de nous lever un dimanche à six heure Pied de nez. Julie accorde tout de même un joli 19.5/20 à cette vue et vous ? Je pense que la mission qui consistait à épater nos savoyards est remplie!

Il fait un peu plus froid, nous décidons donc d'engager la marche qui doit nous emmener vers le Reculet (1717m) et le Crêt de la Neige (1720m) soit les deux plus hauts sommets du massif Jurassien!

 

Un levé de soleil extraordinaire...

 

Vue du levé du soleil sur le Lac léman depuis le Haut Jura

 

Nous sommes sur la crête mais pour autant la randonnée ne sera pas plate. Nous montons, nous descendons avec à notre droite les Alpes et à gauche le Jura. Le soleil commence à réchauffer l'atmosphère et la nécessité de remplacer le pantalon par le short se fait sentir. Nous croisons 3 randonneurs étrangers qui ont campés sur la crête. Comme quoi le Jura est Internationalement reconnu! Rigolant

Chamois dans le Haut JuraLa marche continue toujours dans ce décor sans arbres tellement chaotique et merveilleux à la fois. Soudain, Julien, devant nous, nous dit d'observer decant nous, quelques chamois se mettent à courir en nous voyant arriver. Certains s'arrêtent et nous regarde avant de descendre dans les falaises. En équipant mon Canon 500D d'un objectif 300mm, je peux faire quelques clichés (mes premiers) de ces animaux qui sont des funambules hors pair. Nous croisons de plus en plus de randonneurs ou de trekkeurs (personnes qui courent). Une chose est sûre, nous nous approchons du Reculet. Enfin, de loin nous le distinguons. Une petite bute pointue avec une croix à son sommet. Le GR (GRP Tour de la Valserine - Balcon du Léman) nous y emmène avec à l'arrivée une somptueuse vue à 360 degrés sur le Jura, le bassin lémanique et les Alpes. Petit « casse-croute » et photos avant de repartir vers le Crêt de la neige.

 

Destination finale : Le crêt de la Neige...

 Du Reculet, il faut compter facilement 30 à 40 minutes de marche pour atteindre le Crêt de la Neige. Attention aux chevilles car le chemin est parsemé d'embuches en tout genre (racines, pierre, roches...). Quelques petits passages techniques sont à prévoir mais en soit rien d'insurmontable. La zone est chaotique : pierrées, falaises, trous... Le paysage est complètement différent de la crête entre Gralet et Reculet. Nous traversons ce qui est appelé ici « le jardin japonais », ce surnom est dû aux pins qui à cause de la rudesse du climat sont tout petits, tordus bien qu'ils puissent être plusieurs fois centenaires! Puis le panneau « Crêt de la Neige 1720 mètres » pointe son nez pour le plus grand bonheur de tous.

L'heure du repas du midi à sonner. Petit moment de détente où chacun fait le point sur lui, sur ce qu'il a vu ou ce qu'il a aimé/pas aimé. L'eau commence à se faire rare. Je n'ai plus qu'un peu d'eau dans ma gourde. Tout le monde commence aussi à manquer d'eau. Pour autant rien de catastrophique car la descente s'annonce et plus bas pour sûr, nous trouverons une source. Nous trouvons notre chemin en dessous du Reculet. Nous suivons le chemin qui nous ramènera à Chezery-Forens (direction le chalet de lachat).

La crêt du haut Jura

 

Nous contournons une magnifique combe rocheuse (la combe du crêt de la neige) que l'on a eu la chance de contempler du haut pour descendre dans un premier temps rapidement puis de plus en plus doucement. Les genoux commencent à souffrir mais les bâtons de marche qui ont su se rendre fort utiles en montée se rendent ici indispensables. En effet, les bâtons permettent aux genoux de moins encaisser les chocs doublements ravageurs lorsque l'on est chargé d'un gros sac. Pour sûr, je ne partirai plus sans des bâtons lors de grandes randonnées. Stoppons donc ici ce stéréotype qui consiste à réserver cet outil aux « vieux » randonneurs.

Nous retrouvons quelques temps après les pâturages et comme prévu une source qui saura nous rafraîchir et nous réhydrater. La fatigue commence à pointer son nez et tout le monde rêve d'une boisson bien fraîche une fois au village. Il faudra pourtant encore marcher quasi une heure avant de franchir le point de départ et ainsi boucler la boucle d'une superbe sortie que l'on referait sans hésiter.

 

En conclusion 

 

Panorama depuis le Haut Jura

 

Que dire si ce n'est que cette randonnée est à classer dans le top 3 des plus belles randonnées du massif Jurassien tant par sa diversité de paysages que par ses sommets tous plus incroyables les uns que les autres. Quant au levé du soleil sur le Lac Léman, c' est tout simplement à tomber par terre. Le refuge du Gralet est conseillé si vous souhaitez faire plusieurs étapes et pourquoi pas toute la crête de Bellegarde sur Valserine au col de la faucille...

Merci aux deux « Ju »  pour leur bonne humeur et de leur confiance car on ne leur avait pas promis de rentrer sains et saufs (rires)! Merci aussi aux randonneurs du refuge très sympathiques et à l'association s'occupant du Gralet.

En termes de difficultés, cette balade est assez physique et comporte quelques passages un peu techniques mais jamais bloquants. On fera attention à emporter suffisamment d'eau si l'on souhaite rester longtemps sur les crêtes où l'eau est inexistante en l'état de source. Randonnée conseillée à des personnes pratiquant la randonnées avec un minimum d'expériences et d'équipements (bonnes chaussures...) Les sentiers sont très bien balisés mais une carte/boussole et pourquoi pas un GPS peuvent rendre service.

 

P.S : D'autres photos sont visualisables (et géolocalisées) en passant par l'icône "Cartographie" disponible en haut à droite de la page. Vous y verrez également la trace de la randonnée, son dénivelé positif ou encore sa distance. Bonne visualisation!

P.S 2 :  J'ai d'excellents panoramas, si vous souhaitez en voir plus n'hésitez pas à en faire la demande!

Bonne rando! Loïc,Flo et les deux « Ju »Clin d'œil



Posté le 13/09/2010 à 10h17 par Loic
M.à.j le 14/01/2016 à 10h41

Commenter l'article !

Remonter ! ~ Me contacter ? ~ Réseaux sociaux ~ Twitter ~ FB ~ G+ ~ 501728 visites uniques ~ Licence CC-BY-NC-ND
~ Partenaires ~ monrechaud ~ cyclo-randonnee ~ Sites de Loïc ~ toit-plat-bisontin ~ Pro ~ sigogne.org ~ Mon CV ~ sitdi-france.fr